Sélectionner une page

Ceci est un billet (d’humeur) pour vous faire partager un peu de chacune de nos escales dans le monde du ballon rond. Pour avoir l’intégralité de notre aventure terrain, il faudra attendre notre billet de retour en France ! Mais vous avez de la chance, notre série de documentaires est déjà en montage.

Rien ne sert de courir, il faut partir loin !

Et si le football n’était qu’une conduite empreinte d’humilité…

San José (Costa Rica) : Taxi – Intérieur – Jour.

La radio parle de football, le chauffeur écoute sans vraiment entendre ! Il nous conduit de l’aéroport à la maison familiale des Cruz.

Candice : “Vous aimez le football ?”

Uber tico : “Non pas vraiment ! Vous oui ?”

Candice et Mélina (en cœur) : “Oui, nous avons joué en France…”

Uber tico (Il nous coupe) : “Ah oui, vous savez qu’il y a une tica qui joue au PSG (prononcé PéCéRé !) ? »

Candice et Mélina (on le coupe cette fois !) : “Bien sûr, Shirley Cruz ! Vous la connaissez ?”

Uber tico : “Comment si je la connais… Tout le monde la connaît ici !”

Tout juste arrivées à San José, nous comprenons qu’il n’y a pas que le football dans la vie, il y a Shirley aussi ! Cette scène vécue sur chacun de nos trajets véhiculés sonne comme une ritournelle culturelle au pays, un pléonasme de renommée.
Au Costa Rica, dès lors que le football s’immisce dans la conversation, “Shishi” est à la conclusion. Et comme au stade, l’éloge offre une belle vision du talent.

Depuis qu’elle a quitté la terre de son enfance pour la France, Shirley, elle, n’a d’yeux que pour le terrain. Comme quoi la vision du jeu n’aveugle que le prétentieux.

Que dire de sa conduite ? Balle au pied, on dirait un spot publicitaire pour la glu !

Pour lui subtiliser le ballon, la faute est grossièrement obligatoire.

Pour éviter l’humiliation, le recul frein est obligatoirement subtil !

Elle est énervante de facilité, et finalement stupéfiante d’abnégation.

Certains disent qu’on est sur le terrain comme dans la vie. D’autres qu’on naît dans la vie avec le terrain. De la psychologie de tableau noir que Shishi balaye d’un double contact lumineux. Elle est née et s’est construite avec l’envie de faire quelque chose de grand, de se fixer un challenge pour s’émanciper.

San José (Costa Rica) : Maison de la famille Cruz – Intérieur – Jour.

La maman de Shirley s’active en cuisine pour lui préparer son plat préféré : carne en salsa ! Sa fille rentre de France pour passer les fêtes de Noël en famille. Seulement quelques jours pour en profiter…

Candice : Vous avez été surprise quand Shirley est partie pour la France ?

Maman de Shirley : Oui, partir loin de sa famille sans savoir cuisiner, ni laver son linge, ni se faire le café, et sans connaître la langue…c’était difficile.

Mélina : Et aujourd’hui ?

Maman de Shirley : “elle est une leader !”

Qui pourrait la contredire ou l’éconduire…Shirley s’en va désormais à la conquête de la Chine !

Elle sera encore plus loin de se douter que tous les taxis de San José parlent d’elle comme d’une star mais elle sait comme à chaque fois qu’elle touche son but que sa mère est fière d’elle. En bout de course, l’humilité ne laisse aucune place à l’ambiguïté.

Et si, finalement, le football n’était qu’une conduite empreinte d’humilité ?

Share This